INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE

7. BILAN D’UNE IRC


Ce bilan vise à préciser :
Le mécanisme physiopathologique de l’IRC et la maladie causale
Le retentissement sur l’équilibre acido-basique
Le retentissement sur la fonction cardiaque droite



7.1. Le mécanisme physiopathologique de l’IRC et la maladie causale


On distingue deux types d’IRC selon que la fonction d’échanges gazeux du parenchyme pulmonaire est ou non perturbée :



7.1.1.L’IRC restrictive (IRCR) extra-thoracique


C’est une atteinte du soufflet thoraco-pleuro-pulmonaire avec parenchyme pulmonaire sain.
Elle correspond à la pathologie neuro-musculaire, aux atteintes pariétales et aux anomalies de la commande respiratoire.
Elle entraine une hypoventilation alvéolaire avec hypoxie et hypercapnie. L’hypercapnie, reflet de l’hypoventilation alvéolaire, est grossièrement proportionnelle à l’hypoxémie.
Le diagnostic repose sur la clinique, l’imagerie, l’exploration fonctionnelle respiratoire et la gazomètrie artérielle.
Il faut y ajouter les syndrômes d’apnée du sommeil qui par obstruction ou trouble de la commande entrainent le même type d’IRC.
Le diagnostic repose sur la clinique et l’exploration polygraphique du sommeil.
Le traitement de ce type d’IRC repose sur l’assistance ventilatoire à domicile qui améliore simultanément hypoxie et hypercapnie.



7.1.2. L’IRC avec atteinte de l’échangeur pulmonaire


IRC restrictive pulmonaires
IRC obstructive : elle correspond au terme évolutif des BPCO +++, de certains asthmes, des dilatations de bronches et de la mucoviscidose.
Ce type d’IRC entraine un trouble de la diffusion ou du rapport VA/Q.
Il existe une hypoxémie sans hypercapnie.
Le diagnostic repose sur l’anamnèse, la clinique, l’exploration fonctionnelle et la gazomètrie artérielle. Le traitement repose sur l’oxygènothérapie au long cours à domicile.



7.2. Le retentissement sur l’équilibre acido-basique


C’est l’interprétation du diagramme de DAVENPORT qui relie pH , paCO2, et CO2 total plasmatique.



7.3. Le retentissement sur la fonction cardiaque droite


Les signes cliniques d’IVD sont tardifs, de même que les modifications radiologiques et électriques.
Le cathétérisme cardiaque droit et l’échocardiographie-doppler éventuellement avec épreuve d’effort permettent d’apprécier plus tôt l’élévation des résistances vasculaires de la petite circulation et du travail cardiaque droit.